Connectez-vous S'inscrire






Archives

Affaire Zarkaoui: Amman arrête le chef du bureau d'Al-Jazeera

| Jeudi 8 Juin 2006

Abu Moussab Al-Zarkaoui est mort. Les autorités américaines et jordaniennes qui ont mené les opérations avec l’appui des forces irakiennes le clament haut et fort. « Zarkaoui a été tué » a aussi annoncé le premier ministre irakien, Nouri Al-Maliki. Sur la chaîne qatarie Al-Jazeera annonce que le chef de son bureau à Amman ainsi que son invité, époux de la soeur d'Al-Zarkaoui, ont été arrêtés par les autorités jordaniennes.



« Ce qui s'est passé aujourd'hui est le résultat de la coopération du peuple irakien, qui a facilité une opération combinée des forces de police et de la force multinationale. C'est un message à tous ceux qui choisissent la voie de la violence, pour qu'ils changent de direction, avant qu'il ne soit trop tard. Merci aux forces de sécurité, la police et l'armée, merci à la force multinationale, pour ce qu'elles font pour combattre le terrorisme ». Ces paroles sont du Premier ministre irakien Nouri El-Maliki, qui s’exprimait à Bagdad au cours d’une conférence de presse, accompagné de l’ambassadeur américain Zalmay Khalilzad.

Déjà en mai 2005, la mort de Zarkaoui avait été annoncée. L'on apprit par la suite qu'il n’était que blessé. Cette fois, la nouvelle de sa mort ainsi que de sept autres personnes près de Baaqouba, à 60 km au nord de Bagdad, est confirmée par la branche d’Al-Qaida en Irak. Le communiqué a été publié sur Internet et est signé de l’adjoint de Zarkaoui, qui s’exprime en ces termes :i[ « De la part d’Abu Abderrahman Al-Iraqi à la communauté du bien-aimé Muhammad. Nous t’annonçons le martyr de notre cheikh combattant Abu Moussab Al-Zarkaoui […] »]i.

Quant à George Casey, commandant des forces américaines en Irak, il a précisé lors de la conférence de presse que Zarkaoui a été tué « mercredi soir à 18h15 », sur la base de « renseignements obtenus de hauts responsables de son organisation, selon lesquels il allait participer à une réunion à quelque 8 km au nord de Baaqouba ».

En Jordanie, selon des informations rapportées par le site Internet d’Al Jazeera, le chef de son bureau à Amman, Yasser Abu Hilala, ainsi que son invité, le mari de la propre sœur d’Abu Moussab Al-Zarkaoui, auraient été arrêtés par les autorités jordaniennes au cours d’une interview accordée par le beau-frère du chef d’Al Qaida en Jordanie, à la chaîne satellitaire qatarie. De plus, des téléphones auraient été saisis au bureau d’Al Jazeera à Amman.

De l'avis de Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques, « Al-Zarkaoui ne sera pas considéré comme un martyr dans le monde musulman parce qu'il ne s'est pas attaqué uniquement à des militaires. Puisqu'il s'est attaqué à des civils, il est peu probable qu'il soit considéré comme un martyr. »

Pour remplacer Al-Zarkaoui à la tête de la cellule irakienne d'Al Qaida, certains observateurs avancent le nom d'Abu Abderrahman Al-Iraqi, de nationalité iraquienne, qui a signé le communiqué annonçant la mort d'Al-Zarkaoui. D'autres observateurs présentent Abou Al-Masri qui est égyptien et est souvent présenté comme successeur potentiel d'Al-Zarkaoui.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu