Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Accusé d’apologie du terrorisme, Yacine Chaouat blanchi par la justice

Rédigé par | Jeudi 13 Avril 2017



Accusé d’apologie du terrorisme, Yacine Chaouat blanchi par la justice
L’assistant parlementaire du sénateur Roger Madec, Yacine Chaouat, avait été soupçonné d’avoir aimé sur Facebook des contenus favorables au terrorisme. Une accusation signalée aux autorités par une responsable associative avec qui Yacine Chaouat avait travaillé.

Le parquet de Paris a décidé de mettre fin à l’enquête préliminaire ouverte pour « apologie du terrorisme » et classé l’affaire sans suite le 5 avril dernier. « Tout ce qu’on a retrouvé chez les flics, c’est le like d’un article sur un guerrier musulman fait prisonnier au XVe siècle par l’armée perse », affirme Antoine Casubolo-Ferro, l’avocat de Yacine Chaouat. « Mon client ne présente aucun signe de radicalisation. Rien. Il a eu droit à trois mois d’emmerdes, tout le monde l’évite au Sénat », ajoute-t-il précisant qu’il prépare une riposte judiciaire contre les dénonciations calomnieuses.

Le 22 février, un article du Canard enchaîné, titré « Fan de Daech au Sénat », révélait ce qui était pour le journal une affaire, ajoutant que l’attaché parlementaire avait été condamné pour violences conjugales. La fachosphère s’était alors délecté de pouvoir stigmatiser un élu d’origine maghrébine. En juin 2015, fraichement nommé secrétaire national à l’intégration au PS, il avait alors été contraint à la démission suite aux révélations sur sa condamnation qui remontait à 2010.

Collaborateur du sénateur parisien qui fut ex-maire du 19e arrondissement, Yacine Chaouat a également été desservi par ses fréquentations passées, en l’occurrence Farid Benyettou, de la filière des Buttes-Chaumont. Dans un entretien accordé au Parisien, il avait déclaré : « Benyettou me connait depuis le début des années 2000. A l’époque, il considérait que je n’étais pas un bon musulman. Mon seul tort ? Accepter la démocratie. » Yacine Chaouat est désormais blanchi, mais le mal est fait. Son avocat a annoncé une action en justice prochaine contre ces dénonciations calomnieuses.

Lire aussi :
« Apologie du terrorisme » : Amnesty dénonce la dérive de l'Etat français
Panique dans un cinéma de Rouen aux cris de « Allah akbar »
Apologie du terrorisme : un enfant de 8 ans dans la tourmente
Drôme : un SDF créé la panique en criant « Allah Akbar »





Loading














Recevez le meilleur de l'actu