Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

Abd Al Malik: 'Ma force personnelle me vient de l'Islam'

Rédigé par Propos recueillis par Nadia Sweeny | Mardi 25 Juillet 2006

A l'occasion de la sortie de Gibraltar, son nouvel album, nous avons rencontré Abd Al Malik. Homme de foi et d'art, il a accepté de se livrer à bâton rompu. Sa musique, ses textes, ses rencontres et ses influences... Au coeur de Paris, un moment de poésie et de sérénité avec un jeune homme qui en impose par la sagesse et la profondeur de ses propos.



Abd Al Malik
Abd Al Malik

SaphirNews : Assalam’alaykoum. Pourquoi as tu appelé ton album Gibraltar ?


Abd Al Malik : Wa‘alaykoum salam, wa rahmatullah. J’ai appelé mon album « Gibraltar » pour des raisons musicales, mais aussi pour des raisons de fonds. Sur le fond, je pense vraiment que l’essentiel c’est la capacité à faire du lien et du dialogue. C'est-à-dire la capacité à faire parler ensemble le Nord et le Sud, les générations différentes etc. D’un point de vue métaphorique, je trouvais que le détroit de Gibraltar, sa position, son histoire, par rapport à l’Andalousie, signifiait bien ce que j’avais envie de montrer. A ceci vient se rajouter l’actualité de cette région, avec les gens du Sud qui veulent venir vers le Nord et toutes les difficultés que l’on peut rencontrer ici. Je trouvais intéressant de développer ces éléments.

Dans la première chanson de l'album, tu développes ce sujet. C'est étonnant que le jeune Noir sur le détroit aille vers le Sud. Pourquoi ?


Abd Al Malik : En fait, ce Noir, c’est moi. Mais, j’ai essayé de faire en sorte que d’autres puissent s'y projeter et en faire une toute autre interprétation. C’est l’idée que le Nord a évidemment fait de moi ce que je suis. Mais ce qui m’a rendu vivant, c’est le Sud. Ce rapport particulier que j’ai avec le Maroc, avec l’Afrique, c’est ce qui fait de moi l’individu que je suis. J’ai eu envie de dire : tout le monde va dans un sens et bien moi je vais dans l’autre. C’est comme dans ce film de Tony Gatlif, « Exil ». L’acteur principal, Romain Duris, va vers l’Algérie pour retrouver ses racines alors que tout le monde va vers la France. J’ai le sentiment que nous autres, d’origine africaine, avons tendance à nier une partie de notre être. Pour moi, mes fruits sont évidemment français. J’aime la France, c’est mon pays. Le drapeau bleu, blanc, rouge, c’est le mien. Mais comme un arbre qui a des fruits, des branches, un tronc mais aussi des racines, sans lesquelles il est voué à disparaître, mes racines c’est l’Afrique. Mes racines se trouvent dans le pays d’origine de mes parents, Le Congo, mais aussi au Maroc, mon pays de cœur, que j’aime énormément. Je suis tout cela et j’ai voulu faire un morceau dans lequel, à ma manière, j’illustre cette complexité.

Dans une autre chanson, tu dis que « la Suisse, sur un plateau télé, a, face à un homme d’Etat, mélangé la politique avec la foi. »


Abd Al Malik : Je tiens à préciser que je suis avec toutes les femmes et tous les hommes qui sont dans une démarche de paix et d’ouverture, de dialogue, d’écoute et de compréhension en général. Mais particulièrement avec mes frères et mes sœurs d’islam. C’est affectif, évidemment, je suis musulman. L’une des choses vraiment importantes, est de fédérer et ne pas créer de problèmes entre nous. On peut avoir des avis qui ne collent pas mais on doit tout de même essayer d’avancer ensemble. C’est bien dans cette démarche que j’ai dit « La Suisse » et que je n’ai pas cité de nom. Je n’ai rien contre cette personne, mais aujourd’hui, dans ses propos, c’est comme si être musulman devenait un acte politique. Ceci est un danger. Pour moi l’islam est une spiritualité. C’est quelque chose qui nous nourrit à l’intérieur et qui nous pacifie, nous-même et notre rapport aux autres, à la fois aux musulmans mais aussi aux non musulmans. C’est toute cette notion de Djihad Annefs (la lutte contre soi-même). De mon point de vue, il est très important de ne pas être dans l'amalgame ou une personne qui voudrait entrer en islam ou qui s’y intéresse, pense qu’être musulman c’est avoir tel avis politique ou telle démarche. J’ai voulu dire que j’étais contre le mélange de la spiritualité et de la politique ou du militantisme, tout en disant bien que ce n’est pas contre un individu. Et si j’avais dit un nom, les gens se seraient dits que je tape sur cet individu, alors que je n’ai rien contre lui. C’est simplement sur le fond que je ne suis pas d’accord avec lui. Pour éviter cette confusion, je ne l’ai pas nommé, mais par contre j’ai exprimé mon avis car jamais je ne le cacherai. Mais je suis convaincu que la diversité est une bonne chose; elle enrichit les propos.

Pour toi, le « mal » qui ronge aujourd’hui le rapport entre le musulmans et les autres, c’est cet amalgame entre spiritualité et politique ?


Abd Al Malik : Oui, totalement. Mais je pense que cet amalgame est présent chez nous musulmans, mais il est aussi beaucoup présent chez les non musulmans. Nous sommes tous dans cet amalgame. Lorsque certains non musulmans parlent d'islam, ils prennent l’exemple de Ben Laden et les autres. Et nous musulmans nous participons à cela. Comme si le fait de ne pas être d’accord avec cette démarche faisait de nous des renégats, alors que cela n’a rien à voir.

Tu cites Deleuze, Dérida et Debray. Peux-tu expliquer ces références ?


Abd Al Malik : Je suis vraiment admirateur de ceux qu’on appelle les philosophes de la déconstruction. Les gens comme Deleuze, Dérida, mais aussi Foucault qui, pour essayer d’expliquer quelque chose, le déconstruisent. A l’image de ces gamins qui, pour comprendre le fonctionnement d’une machine, la démontent. Je n’aime pas les préjugés, où l’on s’arrête à cause de l’apparence. Je suis pour l’analyse, allez plus loin, essayer de comprendre. Nous sommes dans une société de l’immédiateté, du phénomène, des médias. On entend souvent « c’est vrai, je l’ai vu à la télé. » Et c’est pour cela que j’aime beaucoup ces philosophes qui utilisent l’analyse et la déconstruction dans leur démarche. Ils se demandent « qu’est ce qui est caché derrière », « qu’est ce que ça signifie ». C’est pourquoi je les ai cités.

Dans tes textes, souvent, on retrouve des clins d’oeil à Jaques Brel.


Abd Al Malik : C’est mon épouse qui m‘a fait découvrir Jaques Brel. Elle le connaissait depuis longtemps et elle a insisté pour que j’écoute attentivement. Ça fait presque une dizaine d’années maintenant que je me suis penché sur ce chanteur et j’ai découvert une force d’interprétation, d’écriture et une musique incroyable. Il faut savoir qu’on était dans les années 60 et que chaque musique ressemblait à une mini symphonie. C’est une écriture très visuelle. A côté de cela, j’aime beaucoup des artistes comme Jay Z ou Nas. J’aime la littérature et je me suis demandé si j’arriverais à mettre tout cela dans un disque. Il a fallu le temps de la maturation mais cet album est une sorte d’hommage à Brel.

Avec qui as tu travaillé pour cet album ?


Abd Al Malik : Un jour, je regardais un reportage par hasard et je suis tombé sur Gérard Jouannest, le co-compositeur des grands titres de Jaques Brel. Je me suis dit que ce serait génial de travailler avec lui. J’ai fait appel à mes relations. J’ai passé des coups de fil à gauche et à droite et j’ai réussi à avoir un rendez-vous avec lui. Il a écouté mes chansons. Nous avons discuté et il a accepté de bosser avec moi. C’était incroyable pour moi... C'était quand même le pianiste de Brel, celui qui a composé « Ne me quitte pas ». Quand on a bossé ensemble, il y a quelque chose de spécial qui est passé immédiatement. Je suis allé chez lui, j’ai rencontré sa femme, Juliette Greco. Et lorsqu’il a commencé à jouer, ça m’a inspiré, alors j’ai pris une feuille, j’ai écris. Je termine mon texte, il me regarde et me dit « c’est fou, la dernière fois que j’ai bossé comme ça c’était avec Brel.» Pour moi c’est merveilleux.
J’ai aussi travaillé avec Marcel Azzola, l’accordéoniste de Jaques Brel, le fameux « chauffe marcel ». J’ai vraiment eu de la chance. J’ai aussi travaillé avec plein de personnes de styles musicaux différents, mais je suis vraiment admiratif de cette époque de Brel. La manière avec laquelle ils abordaient la musique, comment ils travaillaient, la force du texte l’engagement dans la musique : quand tu vois Brel sur scène, tu te dis qu’après ça il va mourir... C’est incroyable !

Dans ton style musical, on retrouve l’influence du Slam. Non ?


Abd Al Malik : Si, c’est vrai. A la base, je suis un rappeur. Mais un jour, il y a deux ans, j’ai été invité à Bruxelles par une association qui fait des sessions Slam. Pendant trois heures, j’ai écouté du Slam. C'était la première fois. J’y ai vu une vie qui était la même qu'à mes débuts dans le rap. Il y avait une énergie que je ne retrouve plus dans le rap aujourd’hui. Il y avait un truc, la force du mot, du verbe et je me suis dit « mais, c’est pas possible, il faut mettre ça dans un disque ! On ne peut pas laisser ça comme ça ! » Et c’est là que je me suis dit que j’utiliserai cet élément aussi. D’autre part, j’aime beaucoup le Def Comedy Jam. C’est une émission américaine présentée par Mos Def où plein d’artistes, des rappeurs et d’autres, viennent et Slam. C’est quelque chose qui m’avait touché aussi et je me suis dit que se serait bien de le mettre à ma sauce, avec ce que j’aime, mes influences musicales et ma passion pour la littérature. J’avais envie de créer un effet. Je voulais que lorsqu'une personne écoute mon disque, elle ait l’impression que je suis à côté d’elle, en train de dialoguer. Je voulais créer une sorte d’intimité illusoire. J’avais aussi envie qu’on écoute mes morceaux comme des petites histoires, des nouvelles. Et je trouvais que cette forme là s’y prêtait bien. Donc je suis allé jusqu’au bout. C’est vrai que le Slam est un élément que j’ai utilisé, mais je fais du rap et ce disque est pour moi un disque de rap.

Et New African Poets (NAP), c’est fini ?


Abd Al Malik : Non, pas du tout! On est actuellement en studio. On travaille sur le grand retour de NAP. Mais, même sur les projets solo que j’ai fait, toute l’équipe est là. Sur Gibraltar par exemple, c’est Bilal qui a composé toutes les musiques, Mohammed s’occupait des histoires, Aïssa aussi. On est toujours là, tout le monde. De 1996 à 2000, on a sorti un album quasiment chaque année. Avec les concerts et tout ça. On avait envie un peu de se reposer. Et là, on s'est remis à bosser. On a déjà trois, quatre titres de prêts. On est vraiment content. Courrant 2007, se sera le grand retour de NAP. Inch’Allah.

Tes textes racontent tes périodes un peu sombres, un peu radicales. Que s’est il passé ?


Abd Al Malik : En fait, j’ai le sentiment d’être devenu musulman à partir du moment où je suis rentré dans la Tariqa, où j’ai rencontré mon Sheikh et que j’ai eu une vraie démarche spirituelle. L’islam c’est par excellence l’ouverture, plus encore que l’acceptation de l’autre dans la différence. Mais moi avant, je n’étais pas du tout dans cette démarche. Pour moi c’était, "moi je suis dans le vrai et les autres vont cramer". Je pensais ainsi. J’étais trop dur. Alors que l’être le plus doux, c’est le Prophète de l’islam. C’est la douceur incarnée. Sidi Hamza m’apprend al ada : l’amour de Dieu et l’amour du Prophète. Il m’apprend l’essentiel. Bien sûr, un tel va connaître tant de Hadith ou de versets. Mais n’importe qui peut le faire: il suffit de les apprendre. C’est mécanique. Mais quelqu’un qui t’apprend la lumière qu’il y a derrière, c’est une chose que tu ne trouves pas dans les livres, mais dans la vie. Quelqu’un qui va être dans la compréhension et l’écoute, un frère ou une soeur qui est là pour te soutenir et non pour te condamner. L’islam c’est la religion du non jugement. Le seul qui nous juge c’est Dieu. Bien sûr on peut avoir des divergences d’opinion, mais on doit être sévère vis-à-vis de nous-même, pas vis-à-vis des autres. Franchement, je reviens de loin quand même. Je reviens d’une époque dure et douloureuse pour moi et surtout pour les autres. Normalement, un musulman est une miséricorde pour les autres, mais je n’étais pas un cadeau.

Tu en parles beaucoup dans tes chansons.


Abd Al Malik : Oui c’est important d’en parler parce que j’ai une certaine responsabilité. Le musulman est responsable de ses gestes et de ses mots. Parce qu’on peut influencer un petit frère, une petite sœur, et c’est une responsabilité qui est vraie dans l’islam mais c’est aussi une responsabilité citoyenne et universelle. C’est important. J’en parle parce que quand j’étais gamin, mes modèles au début étaient des braqueurs, des voleurs de voitures. Je me disais « je veux être comme eux. » Aujourd’hui je me dis que certains gamins qui ont des posters de nous dans leur chambre, par exemple, on doit être au moins pour eux un modèle positif. Même si je ne sais pas ce qu’on va réellement leur apporter, au moins essayer de les influencer dans le bien. C’est ma démarche de vie.

Qu’est ce que tu penses de la situation des musulmans aujourd'hui ?


Abd Al Malik : On est certes musulman, mais on fait partie d’une communauté bien plus grande : la communauté humaine. Aujourd’hui, nous sommes victimes des mêmes maladies qui rongent les autres. On a une difficulté d’être, par rapport à la modernité, notamment dans le contexte de la mondialisation. Les choses sont complexes. Moi par exemple, je suis Noir, je suis musulman et je suis Français. Le challenge c’est de réussir à marier ces identités ensemble. Ce qui est merveilleux c’est que l’islam me permet de marier cette diversité. C’est l’islam qui me permet de relever le défi du vivre ensemble. C’est le défi que doivent relever les musulmans, mais les autres aussi. Tout le monde est concerné. Il n’y a que des femmes et des hommes de bonne volonté qui nous permettront de nous en sortir. Qu’ils soient musulmans, juifs, chrétiens, croyants ou non, qu’importe. J’ai le sentiment que ma force personnelle me vient de l’islam, mais ce n’est pas parce que je la puise là que tous doivent la puiser au même endroit. Il y a une parole de notre prophète disant que la meilleure chose qu’on puisse faire pour améliorer le monde, c’est de s’améliorer soi-même.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu