Connectez-vous S'inscrire






Archives

AC le feu présente son 'contrat social et citoyen'

| Samedi 24 Février 2007

Hier, le collectif AC le feu a appelé les candidats à la présidentielle à venir signer son "contrat social et citoyen" qui comporte cent cinq propositions, "ils devront faire vite cette fois, on n'attendra pas deux mois et demi !".



Mohammed Mechmache
Mohammed Mechmache

Objectif peser dans la campagne

Ce "contrat", élaboré sur la base des milliers de doléances recueillies en 2006 dans 120 villes de France, devait être adressé dès vendredi à l'ensemble des candidats. Objectif, peser dans la campagne et d'obtenir qu'ils s'engagent à mettre en oeuvre, s'ils sont élus, un maximum de ces propositions.

"On attend des présidentiables prêts à entendre ce que les quartiers populaires ont mis dans ce -contrat social et citoyen-, qu'ils s'engagent", a expliqué à la presse le président du collectif Mohammed Mechmache.

Le collectif donne dix jours aux candidats pour venir parapher le texte à Clichy-sous-Bois, avant le 5 mars, date à laquelle il entreprendra son deuxième Tour de France, destiné à "restituer" la parole récoltée il y a un an et à distribuer le contrat, paraphé ou non par les candidats.

"Ils devront faire vite cette fois, on n'attendra pas deux mois et demi !", a prévenu M. Mechmache, ajoutant: "on les a bien vus courir après le pacte Hulot et le pacte des chasseurs; la banlieue, elle aussi, mérite qu'on s'intéresse à elle".

105 engagements, 9 problématiques

Le "contrat social et citoyen", document de quinze pages, liste 105 engagements pour répondre à 9 problématiques (emploi, discriminations, logement-cadre de vie, justice-pratiques policières-insécurité, éducation, citoyenneté, répartition des richesses, femmes et santé).

Le collectif demande notamment un salaire minimum à 1.500 euros "net et tout de suite", la "généralisation du CDI", un "service public renforcé" et réclame une "politique globale qui osera s'en prendre aux inégalités de richesse", a résumé Fatima.

Après la dépose symbolique à l'Assemblée nationale le 25 octobre dernier des 20.000 "doléances", le collectif a été reçu depuis janvier par François Bayrou (UDF), Marie-George Buffet (PCF), Olivier Besancenot (LCR) et Ségolène Royal (PS). Il se dit prêt à accueillir "tous les candidats" mais fixe à Niccolas Sarkozy, une condition: ne plus être ministre de l'Intérieur, mais simple candidat.

AC le feu sortira fin mars un "manifeste", "plus subjectif" et organisera en avril à Paris une "marche des oubliés", pour maintenir la pression sur les candidats.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu