Connectez-vous S'inscrire






Société

A la rencontre du Franprix Hallal

Rédigé par Vidal Aurore | Jeudi 19 Décembre 2002

Abdeljaoued aljazairi, a défrayé la chronique ces derniers jours suite à l'ouverture d'un Franprix,où l'alcool et le porc étaient prohibés. Ce qui n'a pas été vu d'un bon oeil par la municipalité d'Evry. Le maire a crié au scandale et a protesté contre une ghettoisation du quartier. Ce que réfute monsieur Djaziri, qui a accepté de répondre à nos questions.



Abdeljaoued Djaziri a défrayé la chronique ces derniers jours suite à l'ouverture d'un Franprix, où l'alcool et le porc étaient prohibés. Ce qui n'a pas été vu d'un bon oeil par la municipalité d'Evry. Le maire a crié au scandale et a protesté contre une « ghéttoisation » du quartier. Ce que réfute monsieur Djaziri, qui a accepté de répondre à nos questions.

SaphirNet.info : Monsieur Djaziri, retracez-nous votre parcours depuis votre arrivée en France.

Abdeljaoued Djaziri : « Après avoir obtenu une maîtrise de mathématiques en Tunisie, je suis venu en France en 1990 afin de passer mon doctorat. En parallèle, je travaillais à mi-temps dans une société de commerce à Aubervilliers. Puis j’ai enseigné en tant que professeur remplaçant et désormais je suis gérant d’un commerce sous l’enseigne FRANPRIX ».

Pourquoi avoir voulu ouvrir un commerce à Evry dans le quartier des pyramides ?

 « Les épiceries sont des entreprises rentables et de par mon expérience j’ai eu envie d’acheter un fonds de commerce en m’associant avec mon frère et mon neveu, en plus nous avions étudié le quartier et la majorité de la population est de confession musulmane, ce qui nous a incité à acheter puisque nous avions l’intention d’ouvrir un commerce en rapport avec mes convictions personnelles. Sinon je n’aurai pas acheté dans un autre quartier où la majorité de la population n’est pas musulmane, car en général ces commerces sont basés sur l’alcool. Et suite à une étude prévisionnelle nous n’avons pas essuyé de refus de la part de la banque. »

Quelle est la particularité de votre magasin ?

« Nous ne vendons ni alcool, ni porc et notre intention était de commercialiser de la viande Halal contrôlée par l’association AVS. Toutefois, dans le magasin, il y a des surgelés comme les lasagnes qui contiennent de la viande de bœuf non-Halal ».

L’enseigne Franprix a-t-elle émis une opposition suite à cette absence d’alcool et de porc dans votre magasin ?

 « Non, mes contacts à Franprix étaient parfaitement au courant et il n’y a eu aucune réticence de leur part. Ils m’ont même envoyé une de leur équipe afin de disposer les produits en rayon de manière plus commerciale et ils ont fait la première commande pour le magasin … »

D’où proviennent alors les réticences ?

 « Eh! bien, je pense que des personnes sont allées se plaindre au maire, ce qui a entraîné tous ces problèmes. Après une première rencontre, le maire m’a adressé une lettre de menaces, stipulant qu’il fallait revenir à un fonctionnement dit normal, sinon il se verrait contraint d’utiliser les forces de l’ordre. Je crois qu’il nous a mis d’office dans le stéréotype de religieux à tendance fanatique!Et sous la pression de la mairie, Franprix  menace de me retirer l’enseigne à moins que j’incluse un rayon alcool dans le magasin. Je pense que ce magasin ne  convient pas à certains, car je ne vends ni alcool ni porc. Mais depuis que les jeunes n’ont plus accès à l’alcool, on a pu constater une diminution de la violence dans le quartier. Au niveau du magasin on ne rencontre plus de personnes ivres, les clients ne sont plus importunés, il y a moins d’embrouilles. »

Le problème ne venait-il pas également des personnes âgées, moins mobiles ?

 « C’est vrai, on me l’a reproché. Pour les personnes qui peuvent se déplacer, il y a un magasin Lidl à 7 minutes. Quant aux autres, j’essaye de répondre à ce problème et je suis prêt à faire leurs courses ».

 On vous a reproché de ghettoïser le quartier ?

 « Je ne pense pas que ce reproche soit justifié. Lorsque je suis venu m’installer ici, le quartier était déjà tel qu’aujourd’hui. En fait, je ne fais que répondre aux attentes des habitants, et je perdrais toute crédibilité auprès des musulmans, si je vendais de l’alcool et du porc avec de la viande Hallal. En plus j’ai le soutien d’une grande majorité des habitants, Ils sont contents car cela faisait trois mois que l’ancien gérant avait fermé le magasin et le fait que je ne vende pas d’alcool et de porc ne les gêne pas trop. »

 

Y­-a-t-il eu des pressions qui ont été faites à votre encontre ?

 Effectivement il y a quelques jours le moteur du réfrigérateur est tombé en panne alors qu’il était en bon état. J’ai appelé le réparateur, et dans l’heure qui a suivi j’ai eu la visite du service sanitaire. Il n’était pas venu auparavant me contrôler. Malheureusement nous avons du jeter beaucoup de marchandises. Je sens bien que nous sommes surveillés de près. »

 

Ce magasin est-il rentable malgré le manque à gagner du à l’absence d’alcool et de porc,

« Oui, tout va bien. Alors que le précédent propriétaire était en déficit, j’ai pu augmenter le prix du panier moyen. Je fais des bénéfices et j’ai même recruté du personnel. Si on fait le calcul, on se rend compte que les ventes d’alcool et de porc sont négligeables. Une personne qui vient dans mon magasin peut trouver tout ce qu’elle souhaite en dehors de ces deux produits. L’alimentation n’est pas basée sur çà quand même ! ! »

 

 






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu