Connectez-vous S'inscrire






Archives

A Paris contre les exclusions

Rédigé par El abed Fatima | Lundi 16 Février 2004

Ce samedi 14 février, à l’appel du collectif « une école pour tous-tes, contre les exclusions », des étudiants, des lycéens, des partis politiques, des associations musulmanes et des associations laïques ont manifesté à Paris, de la place de la République à la place de la Nation. Une manifestation audacieuse décidée par le Collectif au lendemain de la mémorable réunion du 17 janvier dernier où, pour la première fois, 150 associations musulmanes de France se sont réunies pour dresser un front commun contre la loi antifoulard. Mais la loi ayant été adoptée par le Parlement depuis mardi 10 février, la manifestation apparaissait risquée.



Ce samedi 14 février, à l’appel du collectif ' une école pour tous-tes, contre les exclusions ', des étudiants, des lycéens, des partis politiques, des associations musulmanes et des associations laïques ont manifesté à Paris, de la place de la République à la place de la Nation. Une manifestation audacieuse décidée par le Collectif au lendemain de la mémorable réunion du 17 janvier dernier où, pour la première fois, 150 associations musulmanes de France se sont réunies pour dresser un front commun contre la loi antifoulard. Mais la loi ayant été adoptée par le Parlement depuis mardi 10 février, la manifestation apparaissait risquée.

Un itinéraire symbolique
Tout s'est organisé de façon simple. 8 000 manifestants selon les organisateurs, 1500 selon les chiffres de la police, se sont donnés rendez-vous à Paris, place de la République. Cortège après cortège, ils se sont dirigés calmement vers la place de la Nation.
Dans une ambiance bon enfant, les manifestants ont défilé pour ne pas se défiler face à cette loi qui a été votée la semaine dernière par l’Assemblée nationale.
Préserver la liberté individuelle et garantir son respect étaient des idées centrales des slogans. La diversité des horizons des présents était aussi notable. Des religieux, des non religieux. Certains étaient favorables au principe du voile, d’autres y étaient opposés. Mais tous unis derrière une conception des droits individuels bafouée par la loi sur les insignes religieux.

Le cortège a suivi un itinéraire ludique honorant certains lieux symboliques de combats contre l’exclusion et pour la liberté comme la rue Saint Ambroise, qui rappelle la lutte des ' sans papiers '

La lutte continue
Banderoles, rubans verts, affiches, pancartes, fruit d’une longue préparation ont témoigné d’un bon niveau de motivation malgré le vote de la loi. Hadjar Ajimi et Sofia Rahem qui avaient entamé une grève de la faim pour protester contre la loi, sont descendues dans la rue afin que l’on n’oublie pas leur combat.

Tout au long de la marche, le sentiment d’une lutte partagée s’est souvent exprimé. Non seulement par les femmes musulmanes avec ou sans le voile, mais aussi par des femmes non musulmanes, pour un droit à l’éducation, pour le droit à l’égalité, car cette loi s’attaque au droit fondamental d’accès à l’école et l’éducation.

Au terme de cette manifestation, il ne fait de doute que le débat sur la laïcité en France est loin d’être clos.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu