Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

A Moscou, les savants musulmans disent « non » au radicalisme

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 30 Mai 2012



Une première en Russie. Une conférence internationale théologique, réunissant pas moins d'une centaine de savants musulmans et de personnalités politiques de 23 pays, se sont retrouvés les 25 et 26 mai à Moscou pour discuter du radicalisme religieux.

A l’issue de cette conférence, organisée par le centre international Al-Wasatya (Koweït), le Scientific Educational Center (Russie) et l’Union internationale des savants musulmans présidée par Yussuf al-Qaradawi, les théologiens ont adopté une déclaration condamnant l’extrémisme et le radicalisme.

Ils ont également condamné l’utilisation dévoyée de termes comme « djihad », « takfir » (« mécréance ») et « califat », estimant que l’interprétation incorrecte de ces termes a pour conséquence la montée du radicalisme auprès d’un certain nombre de musulmans dans le monde, elle-même à l’origine de nombreux conflits dans plusieurs régions du monde musulman comme en Afghanistan ou en Somalie. A ce titre, la violence à l’encontre des autres religions, tout comme des musulmans, a été condamnée.

Parmi les dignitaires musulmans présents à cette conférence, figuraient Cheikh Abdullah Bin Bayyah, vice-président de l’UIMS, Ravil Gaynoutdin, président du Conseil des muftis de Russie, Noureddine El Khademi, ministre tunisien des Affaires religieuses, le cheikh Hamad al-Khalili, grand mufti d’Oman, le Cheikh Rachid Qabbani, grand mufti du Liban, ou encore le secrétaire général du Conseil suprême des affaires islamiques d’Arabie Saoudite.

Lire aussi :
Al-Qaradawi et El-Masri interdits en France, l’UOIF regrette la controverse
Radicalisation en prison : l'importance de la prévention
Le dialogue islamo-chrétien pour déjouer la montée du radicalisme religieux ?
Russie : le ton monte entre musulmans et orthodoxes
Terrorisme : le « non » catégorique en 600 pages




Loading












Recevez le meilleur de l'actu