Connectez-vous S'inscrire






Archives

2003 s'annonce mal en Palestine

Rédigé par Mom Nicolas | Jeudi 2 Janvier 2003

L’année 2003 ne préserve rien de bon pour les Palestiniens toujours et encore soumis à l’occupation et les exactions de l’armée israélienne. Outre les assassinats et les arrestations banalisés, le gouvernement israélien continue de mener une politique d’annexion, de confiscation et d’expropriation des terres palestiniennes. C’est dans le climat tendu des prochaines élections parlementaires israéliennes que Sharon justifie et amplifie sa politique sécuritaire. Une politique sécuritaire ayant pour toile de fond une politique colonisatrice.



L’année 2003 ne réserve rien de bon pour les Palestiniens toujours et encore soumis à l’occupation et les exactions de l’armée israélienne. Outre les assassinats et les arrestations banalisés, le gouvernement israélien continue de mener une politique d’annexion, de confiscation et d’expropriation des terres palestiniennes. C’est dans le climat tendu des prochaines élections parlementaires israéliennes que Sharon justifie et amplifie sa politique sécuritaire. Une politique sécuritaire ayant pour toile de fond une politique colonisatrice.

                                            

Depuis le début de l’Intifada al Aqsa, selon les chiffres officiels, environ 2807 personnes sont mortes. Parmi lesquelles une grande majorité de Palestiniens : 2073 et 685 morts côté israélien…

 

Le lot quotidien des palestiniens : assassinats banalisés

Le 26 décembre, neuf Palestiniens sont tués, le jour qui suit deux autres trouvent la mort en pénétrant dans la colonie d’Otniel et tuant 4 israéliens. Samedi, une jeune Palestinienne de 9 ans meurt dans un camp de réfugiés de la bande de Gaza. Dimanche un enfant de 11 ans décède des suites d’une balle israélienne. Lundi, 4 palestiniens sont tués. Le mercredi qui suit c’est quatre autres Palestiniens qui décèdent, dont trois adolescents, abattus par l'armée israélienne .Chaque jour apporte son lot de morts sous couvert d’une politique sécuritaire…

 

Pour gagner des voix, il faut taper du palestinien

Les affaires de corruption, entachant le parti de Sharon, risquent de lui causer du tort lors des prochaines élections parlementaires. Il s’agit donc de détourner l’attention et d’apparaître comme l’homme fort qui maîtrise la situation sécuritaire. Ainsi, une série d’opérations « coup de poing » dans les camps palestiniens a eu lieu. « Il fallait renforcer la lutte anti-terroriste » justifiera t'il  au conseil des ministres du dimanche 29 décembre. En outre, l’annonce du bilan d’arrestation par le ministre de la défense, Shaul Mofaz, donne le même son de cloche qu’un discours électoral. « Je pense que les récents succès de l’armée et de la sécurité sont sans précédent » déclare t'il au conseil des ministres, « avec plus de 1200 arrestations ».

Pour finir, le chef d’état major, Moshe Yahalon aurait déclaré lors de réunions internes « de la nécessité d’obtenir une victoire décisive » sur les Palestiniens en 2003. Une victoire serait obtenue par des assassinats ciblés, des arrestations multipliées et des maisons démolies…

 

Une politique colonisatrice

De par cette « lutte anti-terroriste », l’état d’Israël s’est approprié 46 % des terres de Cisjordanie, selon un rapport de l’ONG israélienne B’Tselem. Des méthodes bien « peu démocratique » sont utilisées pour exproprier les Palestiniens de leur terre. Du harcèlement de colons aux pressions de l’armée qui leur interdisent l’accès à leurs champs pour des raisons de sécurité, plus de 90000 villageois se retrouvent ainsi privés de moyens d’existence.

Toujours pour des raisons de sécurité, de nombreux champs d’oliviers sont saccagés, des logements palestiniens sont détruits. Entre 1000 et 1500 familles auraient reçu un avis d’expulsion avant démolition. De plus sur 81% de la Cisjordanie, aucun permis de construire n’est délivré aux Palestiniens… Tout ceci au profit de 44 nouvelles colonies juives qui ont été créées en Cisjordanie même, depuis l’accession d’Ariel Sharon au pouvoir.

 

D’une politique sécuritaire à une politique colonisatrice d’Israël, le « rêve de Palestine » se trouve de plus en plus compromis. Compromis pour certains par les attentats terroristes  qui servent au final la justification du « rêve du grand Israël »…

 

 

 





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu