Connectez-vous S'inscrire






Religions

18 millions de dollars pour une clé de la Kaaba

Rédigé par Amara BAMBA | Mardi 15 Avril 2008

Une clé de la Kaaba, vieille de 800 ans, a été l'objet d'une féroce bataille aux enchères à Londres, mercredi dernier. Mise à prix à un million de dollars, l'objet est parti pour 18 millions. Un nouveau record pour un objet d'art islamique. Il intervient au lendemain d'un autre record, lors de la vente de deux feuillets coraniques acquis pour la coquette somme de trois millions d'euros.



A 18 millions de dollars, elle est la dernière clé de la Kaaba dans une collection privée.
A 18 millions de dollars, elle est la dernière clé de la Kaaba dans une collection privée.
Cette clé qui vaut 18 millions est un morceau de fer, long de 37 cm et date de l'époque Abbasid (750-1258). Elle intéresse les collectionneurs pour ses origines, mais aussi parcequ'elle est l'unique clé de la Kaaba figurant actuellement dans une collection privée. De plus elle se trouve être la deuxième clé connue du genre en ancienneté.

Le musée Topkapi, à Istanbul, possède 54 des 58 autres clés de la Kaaba officiellement répertoriées. La célèbre collection Nuhad Es-Saïd en possède deux. Une autre clé est au musée d'Art du Caire. Le dernier exemplaire est au musée parisien du Louvre.

D'un point de vue dogmatique une ancienne clé de la Kaaba ne revêt pas de valeur religieuse. Mais son histoire en fait une belle pièce puisqu'elle remonte au 12e siècle où elle était remise à chaque nouveau Khalif. Elle était alors symboliquement l'emblème du pouvoir politique que le Khalif exerçait sur l'ensemble de la communauté musulmane.

Souvent qualifié de « La Maison du Seigneur », le temple de la Kaaba est le plus vieil édifice musulman connu bâti exclusivement pour l'adoration de Dieu. Certaines sources situent sa construction à Abraham, le père des croyants. D'autre la situent à Adam, le premier humain.

A l'avènement de la mission du Prophète de l'islam, l'édifice était déjà en place. Il était occupé par des idoles et dédié à des cultes polythéistes. Les murs étaient couverts de peintures qui, selon les chroniqueurs, représentaient des anges ainsi qu'Abraham et Ismaël consultant des oracles. Une de ces fresques représentait également la Sainte vierge, mère du prophète Jésus.

A la conquête de La Mecque, lorsque le Prophète se rendit à la Kaaba, il ordonna la destruction des idoles. Il demanda aussi d'effacer toutes les fresques murales « sauf celle qui se trouve sous mes mains » aurait-il dit. Et sous les mains du Prophète était la fresque de Marie. Mais, selon les chroniqueurs, il y eut un malentendu. Car la personne chargée du nettoyage des murs effaça toutes les fresques en épargnant celle d'Abraham. En réalisa la méprise, le Prophète demanda d'effacer ce portrait qui n'était pas celui qu'il avait voulu épargner.

Dans la pratique religieuse, la Kaaba est un point géographique qui sert de lieu de ralliement spirituelle quotidien de tous les musulmans du monde entier. Durant la Salat, la prière rituelle, le musulman fait face à ce point. Les mosquées sont ainsi orientées dans la même direction.

En outre, la loi islamique impose à tout musulman qui en a les moyens physiques et matériels de se rendre une fois dans ce temple pour y accomplir des rituels dans le cadre du Hajj, le pèlerinage rituel. De ce fait, seule la loi de l'islam est appliquée à la Kaaba. Ce qui en interdit l'accès aux non musulmans puisqu'ils ne peuvent être soumis à cette loi.

Les 18 millions de dollars payés pour cette clé, dénotent de l'intérêt croissant des collectionneurs privés pour l'art islamique. Le mardi 8 avril, deux feuillets du saint Coran avaient établi le record de vente d'un manuscrit islamique. Vendus à 3 millions d'euros ces feuillets médinois feraient partie de l'un des premiers exemplaires de compilation de texte du Coran.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu