Connectez-vous S'inscrire






Société

10 mai, jour de la commémoration de l’abolition de l’esclavage

| Mardi 31 Janvier 2006

Le Président français Jacques Chirac a retenu la date 10 mai pour la commémoration de la journée de l’abolition de l’esclavage en métropole. Le Président entend intégrer dans l'Histoire nationale la mémoire "longtemps refoulée" de la traite des Noirs. De son côté, Dominique de Villepin s'est engagé à ce que l'esclavage et la traite des Noirs trouvent "leur juste place" dans les programmes scolaires "dès cette année".



« la République est incompatible avec l'esclavage »

La journée commémorative de l'abolition de l'esclavage aura lieu en métropole, le 10 mai. Le président de la République a annoncé cette initiative, lundi, lors d'un discours solennel à l'Elysée, après avoir reçu le Comité pour la mémoire de l'esclavage présidé par l'écrivain guadeloupéen Maryse Condé.
"Il faut le dire, avec fierté : depuis l'origine, la République est incompatible avec l'esclavage", a-t-il souligné.
De vifs débats ont eu lieu autour du choix de la date commémorative. La date du 10 mai a été retenue. "Aucune date ne saurait concilier tous les points de vue. Mais ce qui compte, avant tout, c'est que cette journée existe", a estimé Jacques Chirac.

« La grandeur d'un pays, c'est d'assumer toute son Histoire… »

"La grandeur d'un pays, c'est d'assumer toute son Histoire. Avec ses pages glorieuses, mais aussi avec sa part d'ombre", a dit Jacques Chirac, parachevant ainsi une démarche d'apaisement à laquelle l'a contraint la controverse sur la colonisation.
Jacques Chirac veut en outre que l'esclavage trouve "sa juste place" dans les programmes scolaires afin d'en tirer des leçons pédagogiques et citoyennes pour le présent.
A la mémoire, Jacques Chirac entend associer un nouveau "combat" contre l'asservissement sous toutes ses formes actuelles. Selon l'Onu, plus de 20 millions de personnes sont aujourd'hui victimes du travail forcé.
Jacques Chirac a ainsi annoncé qu'il proposerait "une initiative européenne et internationale" visant à instaurer des sanctions judiciaires contre les entreprises occidentales ayant recours au travail forcé dans les pays pauvres et émergents.

Dominique de Villepin s’engage


Dominique de Villepin s'est engagé à ce que l'esclavage et la traite des Noirs trouvent "leur juste place" dans les programmes scolaires "dès cette année".
"Les directives du président de la République tendant à ce que l'esclavage et la traite, qui sont une des sources historiques des idéologies racistes, trouvent leur juste place dans les programmes scolaires seront mises en oeuvre dès cette année", a indiqué le Premier ministre dans un communiqué diffusé au terme du 7e comité interministériel de lutte contre le racisme et l'antisémitisme.
Le chef de l'Etat a demandé mercredi dernier la saisine du Conseil constitutionnel en vue de la "suppression" de la mention du "rôle positif" de la colonisation française aux Antilles et en Afrique du Nord dans l'article IV de la loi du 23 février 2005 sur les rapatriés.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu